4 tueurs en série et meurtriers qui se trouvent également être des artistes

Expositions > Beaux-Arts

Être Artiste et sérial killer, c'est incompatible ? L'histoire nous a prouvé le contraire. Découvrez comment 4 figures du crime ont su exploiter leurs névroses et leur imagination à des fins artistiques.



L’image de l’artiste a souvent été romantisée par l'imaginaire collectif. Un artiste n’est pourtant pas toujours incarné par un bellâtre aux idées originales mais engagées. L’art, de part son essence, peut être exercé par n’importe quel type d’individu. De l’âme la plus pure à la plus torturée. 

Prenons le temps de nous pencher sur des artistes d’un genre singulier, dont on omet parfois l’existence : les serial killers et meurtriers. À l’ombre des barreaux d’une prison ils colorent leurs journées en peignant, écrivant ou même sculptant. Artistes incompris pour certains, tristement novices pour d’autres, les oeuvres qu’ils créent savent pourtant attirer l’attention. 


John Wayne Gacy

nom de l'imageImage : complex.com


La journée, affublé de son déguisement de clown, il divertit de jeunes enfants lors de goûters d’anniversaires. Le soir, il kidnappe des adolescents, les enferme dans sa cave avant de les violer et de les tuer. 

John Wayne Gacy est condamné à la peine capitale en 1980 après avoir ôté la vie à 33 jeunes hommes. Au cours des quatorze années d’emprisonnement qui précèdent sa mort, celui qu’on appelle Pogo le Clown occupe ses nuits en peignant de nombreuses oeuvres. De l’autoportrait glaçant aux représentations d’Elvis, le serial killer semble pourtant avoir une préférence pour les scènes circassiennes qui font écho à son ancien hobby : être un clown.


Arthur Shawcross

nom de l'imageImage : complex.com


Entre mars 1988 et décembre 1989, l’étrangleur de Rochester s’attaque à 12 femmes, principalement des prostituées. En 1990, il est condamné pour le meurtre de 11 d’entre-elles mais plaide d’abord non-coupable pour cause de démence. Pour appuyer cette version, son psychiatre Dorothy Lewis lui diagnostique notamment un trouble de la personnalité. 

À l’ombre des barreaux, Arthur Shawcross s’improvise artiste. Ses oeuvres s’inspirent maladroitement de l’univers fantastique et féérique de Disney. Entre paysages psychédéliques et couleurs criardes, les peintures de Shawcross contrastent terriblement avec les actes ignobles qu'il a accomplis en tant qu’homme libre. 


Isakin Jonsson

nom de l'imageImage provenant du site de David Brocourt


Un soir d’hiver, alors que son ex-compagne est assoupie, Isakin Jonsson décide de la décapiter à coups de hache avant de la cuisiner. Psychotique, celui qu’on surnomme aujourd’hui le cannibale de Skara affirmera lors de son procès qu’il ne comprend toujours pas son geste. 

En prison, le Suédois utilise ses tourments, sa colère et son instabilité à des fins artistiques. Etonnement talentueux, il s’exprime autant à travers la peinture, le dessin que la fabrication de masques, qu'il construit à partir de matériaux de récupération.


Charles Manson

L’art est souvent employé comme un moyen d’atteindre la voie de la rédemption. Malheureusement, dans le cas de Charles Manson, l’art a participé à l’attisement de ses pulsions meurtrières.

Gourou à la tête d’une secte, Charles Manson est inculpé en 1969 pour avoir commandité une série de meurtres - dont celui de l’actrice Sharon Tate, enceinte au moment des faits. 

Quelques années avant ce drame, l’Américain est arrivé à Los Angeles avec en tête l’idée folle de devenir plus célèbre que les Beatles. Musicien et compositeur, il passe ses journées à participer à des auditions dans des studios d’enregistrement où il enchaîne les refus. Par un concours de circonstance, il rencontre Dennis Wilson - le batteur des Beach Boys - avec qui il finit par se lier d’amitié. 

Dennis Wilson décide de revisiter une des chansons de Charles et de l’intégrer à l’album de son groupe sans jamais mentionner le nom du compositeur original. En réponse à ce que Manson considère comme une trahison, il envoie à Dennis une balle de revolver. L’avertissement est clair, l’instabilité de Manson est palpable. 

Par la suite, d’autres déceptions musicales viennent chatouiller l’esprit volcanique de Manson. Convaincu de son talent et frustré des refus, il donne l’ordre à des adeptes de sa secte d’aller au domicile de Terry Melcher et de l’assassiner. Ce que Manson ne sait pas, c’est que le producteur de musique a récemment déménagé. Sa villa est habitée par Sharon Tate qui sera une des malheureuses victimes de l’artiste torturé.

Auteure : LSA
Créé le 30.10.2020 par Lauriane
Chargement en cours..