Le modèle mystérieux derrière L'Origine du monde enfin découvert (par hasard)

Expositions

On se disait, qu'importe le mystère? L'Origine du monde de Courbet n'a pas de visage et c'est tant mieux! Elle est une idée, un socle commun, une vérité ineffable. Puisqu'elle n'est personne, elle est tout le monde. Aujourd'hui, grâce à une histoire incroyable, elle a un nom.

Alors on s'est accommodé sans trop de peine de ne pas savoir qui a posé, un jour de 1866, pour Gustave Courbet, et a donné naissance à l'un des tableaux les plus célèbres et controversés de l'histoire de l'art.

Et puis, plus de 150 ans plus tard et totalement par hasard, Claude Schopp, grand spécialiste des écrivains Alexandre Dumas père et fils, Goncourt de la biographie en 2017, a eu une révélation.

En relisant la correspondance d'Alexandre Dumas fils et de George Sand, le spécialiste est tombé sur une coquille incroyable de transcription. Le diable est véritablement dans les détails...

Dumas a écrit à propos de Courbet

On ne peint pas de son pinceau le plus délicat et le plus sonore l'interview de Mlle Queniault (sic) de l'Opéra.

Remarquant que l'interview ne fait aucun sens, Claude Schopp s'aperçoit rapidement qu'il s'agit en fait de l'intérieur de Mlle Quéniaux.

Dit autrement, le modèle le plus mystérieux du monde de l'art a désormais un nom! Tellement facile que ça en irrite le biographe...

Ce fut comme une illumination (...). D'habitude, je trouve en travaillant beaucoup, là j'ai trouvé sans chercher. C'était injuste.

Mlle Quéniaux est une ancienne danseuse de l'Opéra, qui arrondit ses fins de mois en s'adonnant à la galanterie, jusqu'à ce qu'elle croise, dans le monde des nuits parisiennes, le fameux Khalil-Bey.

Diplomate ottoman richissime et célèbre collectionneur de tableaux, il fait de Constance Quéniaux sa maîtresse, mais aussi une femme désormais dévouée à l'oeuvre philanthropique.

Toujours belle d'une peau porcelaine et de traits dessinés au fusain, elle est dépeinte par Gustave Courbet, sur demande de Khalil-Bey, et devient l'un des modèles les plus iconiques de la peinture et de l'art en général!

La beauté de l'ancienne danseuse est une fleur particulière que Gustave Courbet a rendu jardin universel. Et à qui Claude Schopp a donné un nom.

Créé le 25.09.2018 par Loris
Chargement en cours..