Philippe Geluck : son dernier album fait grincer des dents

Manifestations > Rendez-vous littéraires

Un Schumacher alité couvert de logos, des prêtres pédophiles, des enfants qui se suicident: cette fois-ci, le créateur du "Chat" frappe très fort. 

On le sait, Philippe Geluck a toujours cru dans la philosophie du "tout permis", surtout lorsqu'il s'agit de dessiner. Il avait été notamment très touché par l'assassinat de ses amis et "collègues" (lors de l'attentat du 7 janvier 2015), qui étaient des maîtres en la matière. 

Ce besoin de ne faire aucune exception est sûrement la raison pour laquelle il ne se gêne jamais de dire, ou plutôt d'illustrer, ce qu'il pense de la société moderne. 

Une année après sa sortie officielle, ce 21ème numéro ne fait donc pas exception à la règle, bien au contraire! On peut, par exemple, y voir Michael Schumacher, tenu en vie par le soutien financier des sponsors. Une aberration pour Geluck, lorsqu'il sait que des milliers d'autres individus auraient besoin de cet argent pour améliorer leurs conditions de vie.

On peut aussi y trouver le cynisme typique de l'artiste belge. En effet, en feuilletant la bande dessinée, on tombe assez vite sur une planche... comment dire... intrigante! Le Chat déclare à sa femme : " Les enfants se sont suicidés cet après-midi, parce que je leur ai fait croire que je ne les aimais pas", tandis que cette dernière rétorque : "Ils n'ont jamais très bien compris ton humour". Un style effronté, tout droit sorti du crayon à papier de Geluck!

Cette dernière bande dessinée intitulée "Chacun son chat" a été tirée à 300'000 exemplaires. Elle est disponible à la vente, depuis le mercredi octobre 2017, pour le meilleur et pour le pire.



Créé le 22.10.2018 par Nicola
Chargement en cours..