Quand James Bond débarque en Suisse

Festivals > Cinéma & Animation
James Bond

Arrêt sur image : regarde, cette scène est tournée en Suisse !

En attendant, la première suisse du nouveau James Bond « Mourir peut attendre » (No Time To Die), prévue pour le 28 septembre 2021, revenons sur les scènes du légendaire 007, que nous autres, hélvétiques, apprécions particulièrement…


Goldfinger (1964)

Dans le troisième film de la saga James Bond, l’emblématique Sean Connery poursuit un méchant qui a assassiné l’une de ses amantes. La traque au vilain se déroule sur les virages de l’incroyable col de la Furka, situés à plus de 2’000 mètres d’altitude et reliant les cantons du Valais et d’Uri. La course poursuite comme l’Aston Martin DB5 font partie des éléments les plus marquants des films James Bond.
  

Au service secret de sa majesté (1969)

Pour son unique apparition en tant que James Bond, George Lazenby a fait fort. L’acteur a marqué les esprits en poussant un méchant dans une fraiseuse à neige au Schilthorn. Perché à 2’969 mètres d'altitude, le restaurant panoramique qui était à l’époque en construction a servi de décor de film pour les scènes de bataille. Aujourd’hui, le restaurant tournant attire toujours autant de touristes, qui, outre jouir de la sublime vue, peuvent se délecter du copieux James Bond Brunch servi quotidiennement, s’installer au cinéma, profiter de l’exposition interactive consacrée au film culte et piétiner le 007 Walk of Fame.
  

L’espion qui m’aimait (1977)

Il semblerait que la plupart des séquences de ski apparaissant dans les films du légendaire espion aient été tournées en Suisse. La scène d’ouverture du 10e opus ne déroge pas à la règle. Dans celle-ci, nous pouvons apercevoir Roger Moore (plus précisément, son cascadeur) à St-Moritz.
  

Goldeneye (1995)

Dans la séquence d’ouverture de Goldeneye, c’est la doublure de Pierce Brosnan qui se paie un séjour en Suisse. Attaché par un élastique, l’acteur s’élance dans le vide depuis le barrage de Verzasca au Tessin. Au terme d’un sondage à l’échelle mondiale, ce saut de 220 mètres a été considéré comme l’une des meilleures scènes de cascade du cinéma. Pour les plus téméraires, cette chute dans le vide peut être reproduite au GoldenEye Bungee Jump.
  

Quantum of Solace (2008)

À deux pas de la Suisse, c’est du côté autrichien du lac de Constance, que nous retrouvons Daniel Craig. Deux cascadeurs ont tourné des scènes spectaculaires dans les monumentales coulisses d’un opéra.
  

Bons baisers de Russie (1963) et Dangereusement votre (1985)

Ces deux films jouissent également des merveilleux panoramas suisses.
  


toutefois, le lien entre James Bond et la Suisse ne s’arrête pas aux paysages helvétiques :

La belle Suissesse

Dans « James Bond contre Dr No », premier épisode de la saga, sorti en 1962, c’est Ursula Andress, une jeune suisse-allemande qui joue le rôle de la première James Bond Girl. Devenue culte, la scène au bikini d’Ursula lui vaut la mention de « meilleure James Bond Girl », en 2006.
  

Les parents de James Bond sont Suisses

Mentionnons tout d'abord, que Marc Forster, réalisateur de « Quantum of Solace » est de nationalité germano-suisse. Puis, vous l'avez peut-être remarqué, la mère de 007, répondant au nom de Monique Delacroix Bond, disparue dans un accident d’escalade près de Chamonix, alors que James était âgé de 11 ans – était vaudoise.

L’amour a ses raisons

Comment expliquer cette passion entre les James Bond et les panoramas suisses ? La réponse réside peut-être dans la potentielle histoire d’amour que l’auteur britannique Ian Fleming entretenait avec une femme habitant en Suisse –  qu'il a sans doute rencontré au cours de ses études à l’Université de Genève ou lors de ses séjours au ski.

Créé le 16.09.2021 par Marlène

Coups de coeur du mois Publi-information

Coups de coeur de la semaine Publi-information

Chargement en cours..