Faites un tour du monde du Nouvel An

Festivals > Folklore & Tradition

Epicez votre Nouvel An « confiné » en vous inspirant de certaines traditions insolites.


Cette année, l’alcool ne coulera pas à flots, les accolades enjouées seront proscrites et les voyages à l’étranger abolis… Un bien étrange Nouvel An nous attend. Mais pas de quoi se laisser abattre ! Il y a bien des manières de fêter dignement la Saint-Sylvestre. Cette année, Tempslibre vous propose de vous inspirer des traditions insolites perpétuées par 6 pays. De quoi vous donner quelques idées pour épicer votre soirée « confinée » !

nom de l'image


Russie :

Le jour de Nouvel An, les Russes cherchent à s’attirer la bonne fortune pour l’année à venir. Pour ce faire, ils s’habillent de vêtements neufs et se débarrassent de leur vaisselle cassée. 

Lorsque l’horloge sonne son douzième coup, les Russes font un vœu qu’ils écrivent sur une feuille de papier avant de la brûler. Précautionneux, ils récupèrent les cendres et les déposent au fond de leur verre de champagne avant de le boire cul sec. Zdorov'ye ! 

 

Japon :

Loin de la débauche occidentale, les Japonais préparent le passage à la nouvelle année en purifiant leurs maisons. Celles-ci se parent également de décorations végétales, les kadomatsu, réputées pour porter bonheur.

Le soir du 31 décembre, c’est une soupe agrémentée de longues nouilles – symbole de longévité - qui attend les familles japonaises. Les cœurs réchauffés par ce repas convivial, les Japonais de confession bouddhiste se rendent dans un temple pour assister aux 108 coups de gong qui précèdent minuit. Purificateur, ce rituel permet de soigner les 108 fautes qui accablent l’être humain.

La soirée se conclut généralement sur une touche plus festive : un grand verre de saké, synonyme de bonne santé pour les douze mois à venir.


Espagne :

Le jour de l’An, les Espagnols s’accordent au rythme effréné du carillon et tentent de gober un raisin à chaque sonnerie. Les chanceux qui parviennent à avaler les douze raisins dans le temps imparti s’assurent une année gouvernée par la chance et le succès.

On raconte que cette tradition loufoque a vu le jour à Alicante, alors que les vignerons de la région tentaient de se débarrasser d’une production trop abondante de raisins. Aujourd’hui, tout le pays pratique ce rituel festif.


Brésil :

Vêtus de blanc - pour chasser les mauvais esprits - les Brésiliens offrent à la déesse de la mer, Lemanja, des fleurs et des bijoux. Si l’océan avale avec délices les offrandes du chanceux, ses voeux se réaliseront dans l’année. A contrario, si l’océan rejette sur la plage les fleurs et bijoux, une année obscure se profile pour le malheureux. 

Il existe cependant un autre moyen de voir ses voeux se réaliser. Il suffit aux Brésiliens de se rendre à la plage et de sauter par dessus sept vagues tout en promulguant sept voeux. Si l’exercice est réussi, les voeux en question se réaliseront au cours de l’année à venir. 


Pérou :

Au Pérou, il est de coutume de choisir avec minutie la couleur des vêtements que l’on porte le jour de Nouvel An. Le jaune, par exemple, attire l’argent au sein de son foyer, tandis que le rouge apporte l’amour. 

De plus, l’aventurier qui souhaiterait colorer son année à venir de voyages exotiques doit courir autour du pâté de maisons en portant sa valise vide, alors que sonne les douze coups de minuit. 


Nouvelle-Zélande :

Outre les merveilleux feux d’artifices organisés par la capitale, les Néo-zélandais ont l’habitude d’orchestrer un « concert » de casseroles à l’approche de minuit. Assourdissant, ce vacarme résonne dans toutes les rues et rythme les dernières secondes avant le fameux passage à la nouvelle année. 


À découvrir aussi : Confinement : ces livres qui vous feront voyager

Auteure LSA 

Créé le 22.12.2020 par Lauriane
Chargement en cours..