Les collections photographiques fribourgeoises nous révèlent La montagne

Expositions
Regards retrouvés - La montagne
Regards retrouvés - La montagne
Regards retrouvés - La montagne
Regards retrouvés - La montagne
Regards retrouvés - La montagne
Regards retrouvés - La montagne

A travers un livre et une exposition temporaire, la collection Regards retrouvés s’associe au Musée gruérien et fait revivre la photographie de montagne. A découvrir aux Editions La Sarine et à Bulle, le temps d’un été.

La collection Regards retrouvés publie son deuxième projet, avec toujours en ligne de mire la mise en valeur des collections photographiques fribourgeoises. Avec l’ouvrage La montagne, publié aux Editions La Sarine, Regards Retrouvés parcours 130 ans de patrimoine.

Colonisée dès le 15ème siècle, la montagne apparaît alors sur les gravures. Ce n’est qu’à partir de 1880 qu’elle attire le regard des photographes fribourgeois. Georges de Gottrau et ses accolytes Raymond de Girard et Léon Daguet, tous trois membres de la section Moléson du Club Alpin Suisse, lancent le mouvement en publiant Les Alpes fribourgeoises. Au début du 20ème siècle, c’est le bullois Charles Morel qui diffuse ses photographies, sur cartes postales. On est alors confronté à une double image de la montagne, à la fois sublime et terrifiante.

Il faut attendre les années 1960 pour que place soit faite à un reportage plus spontané, avec les portraits d’Alphonse Derungs et de l’abbé Menoud. Vingt ans plus tard, les photographes se penchent sur la vie de l’alpage et transforment la photographie en reportage social, à l’image du travail de Gérard Baraton. La jeune génération a hérité de cet angle de vue, environnemental et humaniste : preuve en sont les reportages de Mélanie Rouiller, Marie Rime ou encore Vincent Levrat.

La montagne est le fruit d’un travail d’étude et de conservation, révélant de nombreuses archives souvent personnelles. Avec comme fil conducteur les Préalpes fribourgeoises et la chaîne emblématique des Gastlosen, La montagne est un ouvrage extrêmement bien documenté, qui plonge le lecteur au cœur d’un microcosme fascinant et pourtant si proche. Bilingue français et allemand, le contenu du livre est à découvrir jusqu’au 20 août, au gré d’une exposition proposée par le Musée gruérien dans la cour du Château de Bulle. OT


Créé le 23.06.2016 par Ophélie
Chargement en cours..